ECOLE DE TIR
Le 3 AVRIL 1369 : Le Roi Charles V recommande la pratique officielle de l'arbalète comme essentiellement propre à développer la force et l'adresse. Les premiers systèmes mécaniques de l'allumage de la charge de poudre datent de la fin du XVème siècle et du début du XVIème siècle et les arquebusiers se regroupent dès cette époque pour se mesurer en concours de Tir. Les premières sociétés civiles apparaissent (dans une organisation proche de nos clubs actuels) vers 1866. Le 3 juin 1886 est créée l'Union des Sociétés de Tir de France dont le rôle est d'organiser des Championnats nationaux et scolaires, d'établir des records et de préparer la jeunesse à l'obtention du certificat d'aptitude militaire.
LES GRANDES ETAPES DE L'HISTOIRE DU TIR EN FRANCE
Charles V Pierre de Coubertin Pierre de Coubertin, 7 fois Champion de France au pistolet, impose dès la création des jeux Olympiques en 1896 que le tir figure au programme des épreuves olympiques.
En 1907, l'Union Internationale de Tir est créée à Zurich. Le Français Daniel MERILLON, Président de l'Union des Sociétés de Tir est nommé Président de l'U.I.T. L'U.I.T. a pour but de créer un lien de confraternité entre les grandes fédérations de tir de toutes les nations du Monde, d'organiser les compétitions internationales et de développer la pratique du tir. (119 pays sont actuellement affiliés à l'Union). Le mouvemnt de développement du tir s'accentue jusqu'en 1914. Le nombre de Sociétés de Tir répandues sur tout le territoire s'élève à 3 500 et l'on compte 500 000 tireurs. Actuellement 130 000 licenciés pratiquent le tir sportif dans 1 700 clubs. La F.F. Tir se place dans les premiers rangs des Fédérations Olympiques. Après la première guerre mondiale, la pratique du tir est relancée doucement jusqu'à la promulgation le 18 avril 1939 du décret-loi qui classe les armes en huit catégories réparties dans deux sous-ensembles : Matériels de guerre (catégorie A), - Armes et munitions non considérées comme matériels de guerre (catégories B, C et D). Après 1945 et jusqu'aux années 60, les stands de tir sont fréquentés par une majorité de gendarmes, de réservistes et de policiers. Le 15 mars 1967, l'Union des Sociétés de Tir fusionne avec la Fédération Française de Tir aux Armes de Chasse pour donner naissance à la Fédération Française de Tir. Depuis la fin des années 70 le tir sportif, grâce à la mise en place d'une politique sportive novatrice, acquiert ses titres de noblesse. Pourtant le 15 juillet 1985 une nouvelle scission entraîne la création de la Fédération Française de Ball Trap qui se voit confier d’abord les disciplines Ball Trap non olympiques puis toutes les disciplines de Ball Trap. Depuis février 1994 la F.F.Tir, seule Fédération Française de Tir reconnue par l’I.S.S.F (Fédération Internationale de Tir Sportif, ex U.I.T), a la charge de toutes les disciplines olympiques (y compris celles du Ball Trap devenues ‘’Plateau’’). Malgré diverses tentatives de déstabilisation, la F.F.Tir affiche toujours une santé florissante et se classe dans les premières fédérations nationales (tous sports confondus) au nombre des médailles remportées en Championnatsd ’Europe et Championnats du Monde (résultats officiels publiés par le C.N.O.S.F). Présentation du Tir Sportif Naissance du tir sportif Le Tir sportif est apparu en France il y a très longtemps : le 3 avril 1369. En pleine guerre de 100 ans, le roi Charles V recommanda les jeux de l'arc et de l'arbalète. Les concours de tir sur cibles faisaient leur apparition.
Apparition des premiers clubs A la fin du XVème siècle, des équipes d'arquebusiers s'étaient formées pour se mesurer entre elles. Les championnats départementaux, régionaux et nationaux ne firent leur apparition qu'en 1866 avec la création des premiers clubs dignes de ce nom. Pierre de Coubertin (Photo ci-dessus) , 7 fois champion de France de tir au pistolet, réinstaure les Jeux Olympiques en 1896. Il imposera, évidemment, la présence du tir sportif parmi les épreuves. La FFTIR et l'ISSF La Fédération Française de Tir fut créée en 1886 et s'appelait alors l'Union des sociétés de tir de France. Elle gère les disciplines de tir à la cible et les disciplines olympiques de tir sur plateau. Elle compte aujourd'hui 150 000 licenciés répartis dans 2300 clubs. Elle est dans les 10 premières fédérations sportives françaises. Le tir est l'une des disciplines qui rapporte le plus de médailles à la France. L'ISSF (International Shooting Sport Fédération) réuni 130 pays et compte plus de 50 millions de licenciés. Qualités requises pour le tir Le tir sportif met l'accent sur le calme, la concentration et la maitrise de soi, valeurs à l'opposé de la violence. Il est remarqué que les athlètes de haut niveau pratiquant le tir sportif sont des gens calmes et réfléchis.
L' Histoire ISSF (International Shooting Sport Federation) 19ème siècle - Au cours du 19ème siècle, apparaissent des premières formes d'organisations telles que les clubs de tir regroupés en fédérations nationales de tir. La Société Suisse des Carabiniers a été fondée en 1824 en Suisse; la reine Victoria a inauguré le British National Rifle Association en 1859. Le duc Ernst II de Saxe-Cobourg et Gotha a fondé le Deutscher Schützenbund en 1861, et les chefs militaires ont créé la National Rifle Association of America (Etats-Unis) en 1871. La Fédération Française des Sociétés de Tir a été officiellement créée en 1884, mais, plus tôt, les fédérations nationales françaises l'avaient précédé. 1896 - Le tir sportif a accompagné une partie de la famille olympique moderne depuis ses premiers pas. Au cours des premiers Jeux Olympiques, qui se sont tenus à Athènes en 1896, 39 tireurs provenant de sept nations se sont affrontés dans trois compétitions au pistolet et deux au fusil Longue distance. Le tir a également été inclus dans le programme des seconds Jeux Olympiques 139 tireurs de 13 nations se sont affrontées dans trois disciplines pistolets, cinq disciplines fusils, deux disciplines cibles d'argile et une discipline cibles mobiles. 1907 - Le 17 Juillet 1907, des représentants de sept fédérations nationales de tir, six d'Europe (Autriche, Belgique, France, Grèce, Italie, Hollande) et une d'Amérique du Sud (Argentine), se sont rencontrés à Zurich, en Suisse, afin de créer officiellement L'Union Internationale des Fédérations et Associations de Tir (Union Internationale des Fédérations et Associations de Tir national). Une réunion dont on se souviendra comme étant la première Assemblée Générale de l'ISSF. Le président de l'Union des Sociétés de Tir de France Daniel MÉRILLON, un avocat de 55 ans originaire de Paris, a été élu en tant que premier président de l’ISSF. 1908 - La deuxième Assemblée générale de l'histoire de l'ISSF s’est tenue à Vienne, à l’occasion des compétitions internationales. Trois nouvelles fédérations membres d'Angleterre, d'Allemagne et de Hongrie, étaient également représentées. La Fédération de tir suisse, après avoir hésité, rejoint le syndicat pendant l'Assemblée Générale. Plus tard, au cours de l'année 1908, les Etats-Unis adhèrent à l’union. 1909 - La famille du tir grandit, et d’autres fédérations nationales adhérent au syndicat. Entre 1909 et 1914, Serbie, Danemark, Espagne, Portugal, Suède, Pérou, Mexique et Finlande postulent afin de devenir membres de l'Union Internationale, ceci suite à la volonté des dirigeants de l’ISSF de faire de leur organisation une des premières fédérations sportives au monde. 1912 - 284 tireurs, venant de 16 pays différents, ont participé aux Jeux olympiques à Stockholm, en Suède, dans 15 disciplines au total. (Deux au pistolet, huit au fusil, deux au fusil de chasse et trois sur cibles mobiles. 1916 - La 1ère guerre mondiale en Europe a causé l'annulation des Jeux Olympiques, qui devaient avoir lieu à Berlin, ainsi que les matchs ISSF internationaux. 1920 - Le président MÉRILLON a invité les fédérations nationales qui étaient membres en 1915 ainsi que les fédérations représentant les nouveaux pays formés après la guerre à participer à une réunion à Paris le 16 avril 1920 afin de renouveler les activités de l'ISSF. Des délégués de 14 pays ont participé et ont convenu de renommer l'ISSF en Union Internationale de Tir (UIT) . Mr MÉRILLON a été réélu président de l'Union. 1920 - Les Jeux Olympiques d'Anvers 1920 ont vu 21 épreuves de tir au programme (le plus grand nombre de compétitions de l’histoire olympique dans une même formule). 18 nations ont participé avec 233 athlètes. 1921 Le CIO - Comité International Olympique - a décidé en 1921 que les règlements ISSF devaient régir les épreuves de tir au Jeux de 1924. Ce fut la première étape concrète dans l'établissement d'une union entre l'ISSF et le CIO, étape qui a eu un impact profond sur l'avenir de la Fédération. 1924 - Les épreuves de tir de l'Olympiade de Paris ont utilisé les règlements ISSF et ont été organisées par l'Union des Sociétés de Tir de France. Plus de 260 athlètes provenant de 27 nations ont participé à des épreuves de tir olympique. 1927 - Après la mort prématurée de Mr MÉRILLON, son beau-frère, Jean CARNOT a été élu deuxième président de l'ISSF par un vote qui a divisé l’Assemblée Générale tenue à Rome. 1928 - Une crise dans la relation entre l'ISSF et le CIO s'est produite entre les années 1926 et 1928. La pratique de l'attribution d’argent dans les Championnats du monde l'ISSF s’est affrontée avec les normes strictes du CIO amateur. En conséquence, le CIO a exclu le tir des Jeux Olympiques de 1928 à Amsterdam. Lors son Assemblée générale, les délégués ont approuvé une décision de l’ISSF faisant appel au CIO dans le but de rétablir le tir au programme des Jeux Olympiques 1932. 1932 Le tir a donc été ré-inclus au programme olympique des Jeux de Los Angeles, mais le nombre de disciplines a été considérablement réduit. Il n’y avait que deux épreuves de tir, une au fusil et une au pistolet. 41 athlètes provenant de 10 pays ont pris part à ces jeux, mais bon nombre des meilleurs tireurs du monde n'étaient pas car leurs revenus dans d'autres compétitions les rendaient incompatibles avec les normes amateurs du CIO. 1936 Jeux olympiques de Berlin. Cette fois avec trois compétitions : fusil de petit calibre à 50 mètres 30 coups tir couché, et deux compétitions au pistolet, la traditionnelle épreuve du 50 mètres pistolet libre et la nouvelle épreuve de pistolet 25 mètres à tir rapide, épreuve testée lors du Championnat du Monde 1933. 1937 - L'année 1937 a vu la première participation d'une femme dans une épreuve du Championnat du Monde ouvert. Catherine Woodring a tiré en tant que membre de l'équipe américaine, remportant la médaille d’or du 50 mètres carabine par équipe. 1940 - Seconde Guerre mondiale : les jeux Olympiques d'Helsinki ne peuvent pas avoir lieu: pour la deuxième fois de la courte histoire de l’ISSF, la décision a été prise de suspendre les compétitions. Les registres et les archives ISSF ont été transportés par Karl Août Larsson, secrétaire général de la Fédération de tir suédois, de Paris à Stockholm, où ils pourraient être protégés dans un pays neutre. 1947 - Après la fin de la Seconde Guerre mondiale, huit fédérations membres ont convenu de tenir un championnat du monde et d'une assemblée générale qui s’est tenue à Stockholm. Là, Erik Carlsson, président de la fédération suédoise de tir a été élu comme le troisième président ISSF et Karl Août Larsson comme son secrétaire général. 1948 Le 300m carabine revient au programme olympique des Jeux de 1948 après avoir disparu depuis 1924. 1951 - Les Jeux panaméricains et les Jeux asiatiques ont tous deux été créés comme compétitions multi- sport internationale (comme les Jeux Olympiques) sur leurs continents respectifs en 1951. Le tir a été accepté comme un sport par les deux organisations et depuis lors y participent tous les quatre ans 1954 - Le Championnat du Monde est retourné en Amérique du Sud pour la troisième fois dans l'histoire de l'ISSF et a eu lieu à Caracas, au Venezuela. Par la suite, un cycle de quatre ans pour les Championnats du monde de tir a été adopté. 1955 - Le Championnat de tir paneuropéen a eu lieu à Bucarest, en Roumanie. La Confédération européenne de tir a été officiellement créée en 1958 et a continué à organiser des championnats d'Europe sur une base annuelle ou bisannuelle depuis. 1958 – L’épreuve ‘’Skeet hommes’’ a été ajoutée au programme de l'ISSF. 1960 - Lors de l'Assemblée générale qui a eu lieu à Rome pendant les Jeux Olympiques de 1960, le président Carlsson, qui avait servi pendant 14 ans, a décidé de ne pas être candidat à une réélection. L'assemblée, qui était assistée des délégués des 55 pays enregistrés a élu le Dr Kurt Hasler, qui était président de la Fédération de tir Suisse, en tant que quatrième président ISSF. 1966 - L'ISSF reconnu la totalité des événements « mixte », compétitions les femmes pouvaient participer avec les hommes. Le CIO a également accepté d'appliquer cette norme aux épreuves de tir olympique. Pendant quatre olympiades, de 1968 à 1980, les compétitions de tir olympique ont été mixtes, avec des possibilités pour les femmes et les hommes de participer indépendamment de leur sexe. 1966 – La compétition carabine à air comprimé a été ajoutée au programme de l'ISSF. 1970 – Le pistolet à air comprimé a été ajouté au programme de l'ISSF. 1975 - M. Olegario Vazquez Rana a été élu président de la Fédération de tir du Mexique. 1976 Le Président Kurt Hasler, après avoir présidé l'ISSF durant 16 ans, a décidé de ne pas se représenter. Le principal candidat a été son premier vice-président, George Vichos, un avocat d'Athènes. Il a été élu à l’unanimité. 1978 - En 1978, l'Assemblée générale de l'ISSF a élu plusieurs nouveaux membres du Conseil d'administration, y compris Olegario Vázquez Raña, président de la Fédération de tir du Mexique. 1979 - Olegario Vazquez Rana a été élu comme président de la « Confederación Americana de Tiro » (CAT). 1980 - Lors de l'Assemblée Générale de l'ISSF de la XXIIe Olympiade qui s'est tenue à Mexico en 1980, Olegario Vázquez Raña est pressenti comme le principal candidat pour être le prochain président de l’ISSF Vazquez Raña a été un partenaire actif, tireur hors pair qui a concouru pour le Mexique à quatre Jeux Olympiques (1964, 1968, 1972, 1976) et cinq championnats du monde de tir (1966, 1970, 1974, 1978, 1979). Quand le moment d'élire le nouveau président est arrivé, en Février 1980, Olegario Vazquez Rana a été élu sixième président ISSF avec 125 des 132 voix présentes à l'Assemblée. L'Assemblée Générale de 1980 a également élu un nouveau Secrétaire général, M. Horst G. Schreiber, éminent avocat à Munich, en Allemagne, qui avait tenu avec succès des rôles de leadership dans des sports tels que le tir, le golf et le tennis. 1980 - Etre une organisation mondiale avec ses fédérations membres dans plus de 100 pays a changé les objectifs de l'ISSF. La nouvelle direction a promu de nouveaux statuts ISSF, qui ont été rédigés et approuvés par une Assemblée Générale Extraordinaire qui s'est réunie à Moscou en 1980. Cette dernière a augmenté le pouvoir des comités de section ISSF et renforcé la responsabilité financière de la Fédération. 1980 - L'Assemblée générale a créé le Comité des femmes ISSF qui a remplacé celle provisoire du Comité féminin. 1984 - Mme Unni Nicolaysen, la secrétaire générale de la fédération de tir norvégienne, est devenue la première femme dans l'histoire vieille de 77 ans de la Fédération en étant élue membre du Conseil d'administration, un organisme avec de vrais pouvoirs de décision. 1984 - Le CIO a décidé d'ajouter trois compétitions femmes, (10 mètres carabine à air comprimé, 50 mètres 3x20 carabine de petit calibre, et 25 mètres pistolet sport), au programme Jeux olympiques de 1984. 1986 - Suite à l'invitation du CIO à l'ISSF de développer un système de qualification olympique, l'ISSF créé une nouvelle série de ‘’Coupes du Monde’’, les inclus dans le système de qualification olympique, et reconnaît les scores réalisés en Coupe du Monde sous forme de ‘World Records’. La première ‘Coupe du Monde fusil et pistolet’ ISSF a eu lieu à Mexico, en Mars 1986 suivi, par la première ‘Shotgun’ Coupe du monde ISSF qui s’est déroulée à Montecatini, en Italie, en avril 1986. 1987 - A partir de cette année 1987, les tireurs détenant les meilleurs scores en Coupe de l'ISSF ont été invités à participer à un ‘championnat-des-champions’, compétition ayant lieu à la fin de chaque année et inscrite sur le calendrier des championnats ISSF. 1988 - Le pistolet 10 mètres air comprimé Femmes a été ajouté au programme olympique des Jeux de Séoul. 1993 - L'ISSF créé l'Académie de formation. En effectuant régulièrement des cours à plusieurs endroits, l'Académie ISSF a déjà formé plus de 400 entraîneurs de tir à partir de 74 différentes fédérations nationales. 1994 - Le règlement général de l'ISSF est complété avec 15 disciplines « junior garçon » et 10 disciplines « junior fille » qui ont été ajoutées au programme des Championnats du monde ISSF. 1996 - Une discipline fusil de chasse, le « double-Trap femme », a été ajouté au programme des Jeux olympiques de 1996. 1998 - Lors de l'Assemblée générale de 1998 à Barcelone, le mot « sport » a été officiellement incorporé dans le nom moderne de l'ISSF, « International Shooting Sport Fédération » (Fédération Internationale de tir sportif) 2000 - Suite à l'introduction de la discipline « Fosse femmes » aux épreuves des Jeux d'Atlanta précédents, deux disciplines Ball-trap femmes supplémentaires (double trap et skeet) ont été ajoutées au programme de Sydney en 2000. 2004 - Les Jeux Olympiques d'Athènes ont vu une participation record de 106 pays présentant 390 tireurs pour participer à 17 épreuves. 2004 - Après les Jeux Olympiques de 2004, les disciplines « double trap femmes » et « plateaux courant 10 mètres » ont été supprimés lorsque le programme global de tir olympique a été ramené de 17 à 15 épreuves. 2006 - Le Championnat du Monde le plus récent à Zagreb, en Croatie en 2006, a enregistré un record de participations: 1932 athlètes provenant de 97 pays ont été accueillis à Zagreb. Avec les épreuves juniors, il y a eu 54 individuels et 51 équipes. 2006 - L'Assemblée Générale 2006 de l’ISSF a réélu comme président Olegario Vázquez Raña et comme secrétaire général Horst G. Schreiber. 2007 - Vingt ans après la création de la Coupe du monde ISSF, à la Coupe du Monde 2007, 834 athlètes provenant de 81 pays ont participé à Munich aux épreuves carabine et pistolet. 2007 - Un siècle après sa première réunion à Zurich, le 17 Juillet 2007, l’ISSF a fêté son 100 ème anniversaire. La Fédération a maintenant 158 représentants de fédérations nationales dans 146 pays sur les cinq continents. L'ISSF a commencé en tant qu’organe de direction pour seulement deux compétitions de tir, une au fusil et une au pistolet. Aujourd'hui il est devenu le représentant mondial pour quatre disciplines de tir; pistolet, fusil, fusil de chasse et cible mobile qui incluent 15 épreuves olympiques et 23 épreuves du Championnat du Monde. Pendant 100 ans d'activité, une petite organisation avec des origines très humbles a grandi et gère un sport olympique qui est un des plus importants et des plus populaires dans le monde . 2008 - Les Jeux Olympiques de Pékin ont vu la participation de 103 pays, présentant 390 tireurs pour participer à 15 épreuves (9 pour hommes et 6 pour femmes), dans les disciplines de la carabine, du pistolet et du fusil. Suite à ce que le président du CIO Jacques Rogge a appelé « une tradition», la première médaille d'or de la XXIXe Olympiade a été décernée au tir sportif. Le 9 août, la tchèque Katerina Emmons est devenue la première médaillée d'or olympique des Jeux de Beijing 2008 en remportant le 10m carabine à air comprimé Femme.
- La peinture au 16 e siècle (à gauche) - Liste de présence des signatures pour l'Assemblée générale, Juin 1908, à Vienne droite)
- Exécution de tir sur cerf à Wimbledon en Angleterre en 1862 gauche) - Installation "moderne" fusil de chasse vers la fin des années 50 (au centre) - Contrôle par le jury des résultats du championnat du monde en 1966 (à droite)
L’histoire du Tir Sportif La pratique du tir est inhérente à l'histoire de l'homme. Depuis les origines, le fait de viser puis de tirer juste à accompagner l'humanité. Avant même de domestiquer le feu, le "Cro-Magnon tirailleur" de base a s'exercer aux jets de pierres, de sagaies puis au tir à l'arc afin de trouver sa pitance. Si le jet de pierre ne présente plus qu'un aimable amusement enfantin, les tirs à l'arc, à l'arbalète et surtout aux armes à feu connaissent un succès toujours croissant. Toute notion guerrière occultée, le tir qui nous intéresse, ici, est devenu un sport au sens noble du terme. A savoir se confronter à soi-même tout d'abord, puis aux autres par le biais d'une cible plus ou moins grosse selon les distances. Rien à voir en tout cas avec une quelconque connotation agressive. Les seules victimes sont les cartons.... Historiquement, le tir sportif a vu sa naissance, puis sa renaissance en France. Le bébé "tir sportif" a vu le jour une première fois le 3 avril 1369 quand le roi Charles V a recommandé, par décret, les jeux de l'arc et de l'arbalète comme essentiellement propres à développer la force et l'adresse. Avec l'apparition des systèmes mécaniques d’allumage de la charge à poudre à la fin du XVème siècle, les arquebusiers se regroupent par compagnie pour se mesurer lors de concours de tir fort appréciés. Si les armes évoluent au fil des siècles, traditions et concours perdurent, amenant la création en 1866 des premières sociétés civiles, ayant une structure proche de nos clubs actuels avec institution de règles précises et de championnats départementaux, régionaux puis nationaux. Dans les années 1880, un certain baron Pierre de Coubertin s'y distingue particulièrement puisqu'il remporte à sept reprises le titre de champion de France au pistolet. Le même baron, rénovateur des jeux Olympiques modernes en 1896, imposait sans difficulté sa discipline de prédilection aux premiers jeux Olympiques d'Athènes. Imposer est d'ailleurs un bien grand mot, tant le tir sportif était déjà mondialement prisé. Depuis, le tir sportif est devenu, à l'échelle universelle, le deuxième sport individuel le plus pratiqué derrière le golf.... Le tir sportif comprend le tir au pistolet, à la carabine, au fusil de chasse et à l'air comprimé (l'arbalète, le tir à l'arc et la sarbacane sont considérés comme des sports à part). Les nombreuses disciplines du tir sportif ont toutes en commun l'utilisation d'une arme pour tenter d'atteindre, avec le maximum de précision et de façon répétitive, une cible située à une distance très variable. Les cibles, selon les disciplines, sont situées à des distances de 10 à 300 mètres (voire plus pour le tir longue distance) du tireur. Il s'agit d'un sport diversifié, grâce à ses nombreuses disciplines, et qui se pratique à tout âge. Le tir se pratique dans des clubs sportifs, regroupés en fédérations nationales (Fédération française de tir pour la France), qui se coordonnent entre elles au niveau d'instances internationales (ISSF par exemple). Certaines disciplines sont olympiques : pistolet et carabine 10 mètres à air comprimé, pistolet vitesse et combiné dames à 25 mètres qui se pratiquent avec des pistolets de calibre 22LR, pistolet libre et carabine à 50 mètres, tous deux également en calibre 22LR. Le fait d'utiliser une arme pour des pratiques sportives est fortement contesté par certaines personnes qui estiment que c'est un facteur de criminalité ; pour eux, la pratique du tir sportif est une école de violence. Cette analyse est réfutée par les partisans de la discipline, qui estiment que l'objet a peu d'importance en lui-même et que seule importe l'utilisation qu'on en fait ; au contraire, le tir sportif met l'accent sur le calme et la concentration, valeurs à l'opposé de la violence. Il est remarqué que les athlètes de haut niveau pratiquant le tir sportif sont des gens calmes et réfléchis.