BREUX-JOUY Canton de Saint-Chéron Arrondissement  d'Etampes Superficie: 467 ha Population 1999 : 1 259 habitants Cours d’eau : l’Orge et la Renarde Origine du nom : de Breuil, dérivé du latin brolium : enclos
PATRIMOINE & ENVIRONNEMENT....
Roller et Patrimoine du RM3V
      Les   traces   d'occupation   humaine   dans   la   vallée   de   la   Renarde   remontent   au   Paléo   lithique   moyen (80   000   à   30000   ans   av.   J-C).   Les   Celtes,   puis   les   Gaulois   y   trouvent   d'excellentes   conditions   de vie. Une tête d' homme en marbre blanc témoigne de l'installation d'une colonie romaine à Rimoron.          La   région   christianisée   vers   le   IIIe'   siècle,   et   la   paroisse   de   Breux   existe   au   XIe   siècle. L'activité   agricole   se   développe,   les   moulins   se   multiplient   :   certains,   comme   celui   de   Breux   en 1380,   ont   un   vivier.   Aux   XIVe   et   XVe   siècles,   la   succession   ininterrompue   de   guerres,   d'épidémies et   de   pillages   ruine   cette   prospérité.   Il   faut   tout   reconstruire   :   les   petits   seigneurs   cherchent   à entrer dans la clientèle des grands.          Ainsi,   François   de   Grancher,   seigneur   de   Breux   se   place-t-il   sous   la   protection   de   Jeanne   de Graville,   baronne   de   Saint-Yon.   La   terre   et   la   seigneurie   de   Breux   passent   au   XVIe   siècle   aux   mains de   ses   descendants.   L'une   d'elles,   Marie-Charlotte   de      Balzac   d'Entrague,   cède   ses   biens   à   l'Hôtel- Dieu   de   Paris.   Par   suite   d'échanges,   Breux   entre   en   1659   dans   le   marquisat   de   Baville   appartenant   à Guillaume   de   Lamoignon,   premier   président   au   Parlement   de   Paris.   Breux   vit   dans   l'orbite   de Breuillet d'où lui vient son prêtre.             Les   enfants   sont   également   scolarisés   à   Breuillet   jusqu'en   1866,   année   au   cours   de   laquelle   est créée   l’école   de   garçons   à   Jouy   -   rattachée   à   Breux   pour   former   une   seule   commune.   Breux   a   une vocation    exclusivement    agricole:    y    sont    pratiquées    la    culture    des    céréales    et    de    la    vigne,    la polyculture   maraîchère,   et   surtout   la   culture   des   plantes   à   graines   destinées   aux   établissements Vilmorin,   Clause   ou   Simon.   Dans   les   années   1950,   tous   ces   produits   sont   écoulés   avec   difficulté,   et les terres sont cédées à des Parisiens en mal de verdure.          La   voie   ferrée   n'apporte   pas   de   développement   industriel,   mais   accroît   le   nombre   de   résidents. Breux-Jouy reste aujourd'hui une commune rurale.
PONT Époque romaine Grès Sur la Renarde
         À   l'époque   romaine,   la   vallée   de   la   Renarde   connaît   une   importante   occupation humaine   :   à   Rimoron,   au   moulin   de   l'Escury,   et   surtout   à   Souzy   où   se   trouve   un conciliabulum, lieu culturel de grande envergure.          Reprenant   souvent   les   anciennes   routes   gauloises,   des   routes   romaines   vont alors   vers   Orléans   et   Dourdan.   L'une   d'elles   remonte   la   Renarde.   Saint-Yon   est à   l'époque   un   poste   de   surveillance   de   ces   routes   ;   ce   pont   romain,   construit   en contrebas de la butte, permettait peut-être d'y accéder.       Des   recherches   archéologiques   permettraient   de   mieux   connaître   cet   ancien réseau routier.
FONTS BAPTISMAUX Pierre Église Saint-Martin
         Traditionnellement,   les   fonts   baptismaux   sont   placés   à   l'entrée   des églises.   En   effet,   pour   pouvoir   entrer   et   progresser   dans   la   maison   de Dieu,   il   faut   être   devenu   enfant   de   Dieu,   c'est-à   dire   avoir   reçu   le baptême.          C'est   la   raison   pour   laquelle   le   baptistère   était   également   souvent placé   à   l'extérieur   de   l'église.   De   forme   classique,   les   fonts   baptismaux de   l'église   saint-Martin   présentent   une   cuve   divisée   en   deux,   portée   par une colonne et fermée par un lourd couvercle en bois.          Ils   montrent   des   traces   de   polychromie.   Détournés   de   leur   fonction, ils   ont   changé   de   place   liturgique   :   installés   devant   le   choeur,   ils   font désormais office d'autel.
ÉGLISE SAINT-MARTIN XIIe et XIVe siècles Pierre et meulière Place de l'Église
   L'église   est   dédiée   à   saint   Martin,   évêque   de   Tours   surnommé   «   apôtre des   Gaules   ».   Avec   son   clocher   en   bâtière   et   son   chevet   à   fond   plat,   elle est caractéristique des églises en Hurepoix.          Le   porche   couvert   en   appentis   est   quant   à   lui   moins   courant.   Du   plan certainement   autrefois   en   croix   subsistent   la   nef   et   le   bras   droit   qui conservent   des   éléments   du   XIIe   siècle   :   la   voûte   du   bas-côté   et   le   masque sculpté d'un cul-de-lampe.             Aux    murs,    des    traces    d'anciennes    ouvertures    témoignent    des remaniements   effectués   au   XIVe   siècle.   La   cloche   de   1779   est   toujours   en place.          Une   colonne   et   un   gros   pilier   auquel   s'adosse   l'autel   dédié   à   sainte   Anne et son retable séparent le choeur du bas-côté droit.  
MASQUE XIIe   siècle Pierre Église Saint-Martin              Figure   courante   de   l'iconographie   médiévale,   ce masque est l'un des plus anciens éléments de l'église.          Sculpté   sur   un   cul-de-lampe,   il   reçoit   la   poussée   de l'arc de la chapelle latérale.             Intrusion    humaine    dans    une    architecture    non- figurative,   il   semble   incarner   la   condition   terrestre, comme   si   la   poussée   de   l'arc   traduisait   le   poids   du péché.    Ce   masque   s'apparente   à   ceux   de   l'église   de   Saint- Chéron.      
FERME DE RIMORON XVIe et XVIIIe siècles Pierre enduite Rimoron
   Dernière   grande   ferme   de   Breux-Jouy,   Rimoron   présente   une   structure   traditionnelle   de   bâtiments   fermés   autour   d'une cour   carrée.   Le   grand   porche,   véritable   passage   couvert,   conserve   la   passerelle   en   bois   reliant   les   greniers   des   bâtiments   de chaque côté.       Le   pigeonnier   est   inclus   dans   l'une   des   ailes,   sous   la   forme   d'une   tour   carrée.   La   trace   visible   d'une   arche   sur   le   bâtiment opposé   à   l'entrée   laisse   supposer   l'existence   antérieure   d'un   deuxième   passage   couvert   donnant   accès   à   la   cour   du   château, où un troisième passage conduit au parc.
CROIX DE PROCESSION XIVe et XVe siècles Bois et métal Église Saint-Martin
         Dégagée   lors   des   fouilles   pendant   la   campagne   de   restauration   de   1984,   cette croix   de   procession   a   dû   guider   les   habitants   de   Breux   pour   le   pèlerinage   à   Saint- Sulpice et en bien d'autres occasions ordinaires ou extraordinaires.       Les   bras   de   la   croix   sont   décorés   de   fins   rinceaux   de   feuillages   et   de   fleurs,   ainsi que   de   cartouches   quadrilobés   dans   lesquels   figurent   les   symboles   des   quatre évangélistes   :   l'aigle   pour   Jean,   le   lion   pour   Marc,   le   taureau   pour   Luc   et   l'homme pour Matthieu.
MAÎTRE-AUTEL XVIIe siècle Bois (4 X 4m) Église Saint-Martin
         Conséquence   de   la   Contre-Réforme,   Breux   reçoit   au   XVIIe   siècle   un nouveau   mobilier   d'église   composé   notamment   de   trois   autels   et   de   leurs retables   ainsi   que   d'une   chaire.   Le   maître-autel   et   son   retable   occupent tout le chevet.          En   forme   de   tombeau   aux   angles   ornés   d'une   tête   d'ange   ailé,   le maître-autel    est    décoré    d'une    colombe    dorée    aux    ailes    déployées, symbole   de   l'Esprit   saint,   se   détachant   sur   un   fond   de   nuages   argentés traversés   de   rayons   dorés,   représentation   du   Père.   Le   tabernacle   évoque un   temple,   sur   la   porte   duquel   l'Agneau   du   sacrifice   -   symbolisant   Jésus   - figure couché au pied de la croix d'où émanent des rayons.          Le   retable   est   orné   d'une   toile   centrale   représentant   une   Descente   de croix.   Un   document   fait   référence   à   l'origine   de   cette   oeuvre   :   «   L'an   mil huit    cent    cinquante    cinq,    le    six    du    mois    d'octobre,    madame    Hébert, propriétaire    à    Breux,    a    fait    don    d'un    tableau    pour    le    maître-autel, représentant   une   descente   de   croix,   lequel   a   été   confié   pour   l'exécution   à Monsieur Laroche, peintre ».             Joseph   d'Arimathie   a   déjà   déposé   Jésus   sur   le   linceul   dont   il   va   être enveloppé.   Marie   et   Marie   Madeleine,   éplorées,   jean,   Nicodème   et   Pierre entourent    le    Christ.    Cette    oeuvre    est    l'un    des    derniers    tableaux    de l'artiste, célèbre en son temps, décédé le 3 novembre 1856.    
LUTRIN XVIIe siècle Bois verni (H. : 190 cm) Église Saint-Martin
Parmi   le   mobilier   dont   l'église   a   été   dotée   au   XVIIE   siècle   figurent   une   chaire   et   un lutrin.   La   forme   du   pupitre   destiné   aux   livres   de   chant,   triangulaire,   rappelle   le   toit d'une maison et le côté est percé d'un trou.                   Le   pupitre   repose   sur   un   pied   fixé   sur   une   petite   armoire   carrée,   destinée   à ranger les livres.  
PIGEONNIER Brique Ferme de Rimoron               La   ferme   autrefois   seigneuriale   de   Rimoron   n'a   pas   de   pigeonnier isolé   :   une   petite   tour   carré   incluse   dans   le   corps   de   bâtiments   de   la ferme en fait office.             Un   arc   ogival   conservé   dans   la   maçonnerie   laisse   croire   qu'un passage   s'ouvrait   autrefois   sous   cette   tour.   comme   dans   le   corps   de bâtiment adjacent.             Ce   pigeonnier,   de   petites   dimensions,   présente   quelques   similitudes avec   les   «   toîts   à   porcs   et   poulailler   »   de   l'Étampois   :   il   est   équipé d'une   seule   fenêtre   à   l'étage   et   est   dépourvu   de   communication   avec le rez-de-chaussée afin de protéger les volailles des prédateurs.       
CHÂTEAU DE RIMORON XIXe siècle Pierre enduite Rimoron
      D'origine   ancienne,   le   fief   de   Rimoron   appartient   au   début   du   XIVe   siècle   à   Agnès   de   Saint-Yon,   épouse   de   Robert   de   Tanlay. En 1340, ses neveux le vendent aux religieuses de La Saussaie-les-Villejuif.       Au   XVIIIe   siècle,   les   dames   de   Saint-Cyr,   qui   n'exploitent   pas   directement   le   fief,   en   perçoivent   la   dîme   et   disposent   du   droit de moyenne et basse justice. Mais la haute justice et le droit de chasse appartiennent au marquis de Baville.          Vendu   comme   bien   national   pendant   la   Révolution,   il   appartient   au   XIXe   siècle   à   la   famille   Collas.   Le   château   est   aménagé   à cette   époque   il   s'agit   d'une   maison   bourgeoise,   en   surplomb   sur   la   rivière,   jouxtant   la   ferme.   Le   parc   renferme   des   sources   et   un canal.