PATRIMOINE & ENVIRONNEMENT....
Roller et Patrimoine du RM3V
Courson-Monteloup Canton de Limours Arrondissement de Palaiseau Superficie : 374 ha Population 1999: 586 hab. Habitants : les Montelupins Origine du nom : du nom d'homme d'origine latine Curtius, complété du suffixe –acum  
    Au    XVIe    siècle,    le    site    est    occupé    par    divers    hameaux    constituant    plusieurs    fiefs    et seigneuries   distincts,   Cincehours,   Monteloup   et   Launay-Courçon.   Les   seigneurs   de   Cincehours et   de   Monteloup   sont   mentionnés   dans   un   acte   daté   de   1468.   En   1515.   Geoffroy   Le   Maître, prévôt de Montlhéry, apparaît comme seigneur de ces deux terres. Son   fils   Gilles   lui   succède.   Avocat   général,   il   devient   premier   président   du   Parlement   de   Paris en   1551.   La   chapelle,   qu'il   fait   construire   dans   la   cour   de   Cincehours   en   1544,   est   érigée   en église   paroissiale   en   1559,   sous   les   vocables   de   la   Nativité,   de   la   Sainte   Vierge   et   de   saint Claude.   L'un   de   ses   descendants   vend   le   domaine   en   1639   à   François   de   Tronchay,   qui   y   adjoint l'année suivante la terre de Launay-Courson. En     1655,     ces     terres     sont     achetées     par     Balthazar     de     Fargues,     responsable     de l'approvisionnement   de   la   Place   forte   de   Hesdin.   Enrichi   par   des   malversations   et   poursuivi pour   ses   délits,   il   est   exécuté   en   1665,   et   ses   biens   sont   confisqués.   En   1667,   Louis   XIV   fait don   de   la   terre   de   Courson   à   Guillaume   de   Lamoignon,   premier   président   du   Parlement   de   Paris, et   l'érige   par   lettres   patentes   de   1670   en   comté-pairie   de   Launay-Courson,   du   nom   du   petit fief déjà possédé par la famille des Lamoignon au milieu du XVIe siècle. En   1775,   les   descendants   vendent   le   domaine   à   Dupleix   de   Bacquencourt,   qui   est   guillotiné   sous la   Terreur.   Sa   fille   épouse   le   comte   de   Montesquiou-Fezensac.   Son   gendre   est   le   général Arrighi   de   Casanova,   duc   de   Padoue,   dans   la   famille   duquel   le   domaine   est   resté   depuis   lors.   Par décrêt du président de la République, la commune prend le nom de Courson-Monteloup en 1882.
GRAND SALON XVIIe et XIXe siècles Château de Courson  
En   1850,   Ernest,   second   duc   de   Padoue,   transforme   le   vestibule   à   l'italienne   du XVIIe   siècle   en   un   grand   salon,   remplaçant   l'entrée   axiale   par   un   vaste   balcon   dit   «   à l'impératrice ». Il   le   fait   décorer   par   le   peintre   Denuelle,   qui   dessine   un   plafond   en   trompe   l'oeil   orné de   fleurs   et   d'oiseaux,   augmentant   de   façon   illusoire   le   volume   de   la   pièce.   Sur   les murs   sont   conservés   des   médaillons   du   XVIIe   siècle,   représentant   sur   fond   doré   des empereurs et des dignitaires de l'empire romain. Des   vases   en   imitation   de   porphyre   datant   de   la   même   époque   sont   disposés   aux angles   de   la   balustrade   qui   clôt   la   galerie.   Ernest   de   Padoue   complète   le   décor   par   des cantonnières   en   tapisserie   d'Aubusson   ornées   au   centre   du   monogramme   H   P.   Le parquet,   posé   au   XIXe   siècle,   est   recouvert   d'un   tapis   de   la   manufacture   de   la Savonnerie,   orné   de   motifs   de   lion   et   de   monstres   marins   évoquant   les   mosaïques   de Pompéi et d'Herculanum. Le   mobilier   Napoléon   III,   noir   et   or,   comprend   des   fauteuils   de   style   néo-Louis   XV recouverts   de   tapisserie   d'Aubusson   et   des   chaises   imitant   la   laque   chinoise.   Dans   la galerie sont disposés deux bustes de Napoléon III et de l'impératrice Eugénie.
BIBLIOTHÈQUE XVIIIe  et XIXe siècles Château de Courson       La   bibliothèque   est   aménagée   au   XVIIIe   siècle   par   Dupleix de   Bacquencourt   et   décorée   de   nouveau   au   XIXe   siècle.   Située dans   l'aile   droite   dont   elle   est   la   seule   pièce   chauffée,   elle prolonge    la    galerie    de    peintures    et,    après    avoir    admiré    la collection, les visiteurs y rejoignaient leur hôte.       Certains   amis   de   Dupleix   de   Bacquencourt   travaillaient   pour la   Compagnie   des   Indes.   Sa   collection   d'objets   rappelant   les voyages   maritimes   y   est   conservée,   notamment   des   lunettes, des sphères armillaires, et une maquette de corvette.       Les   bibliothèques   en   bois   sont   garnies   de   livres   lui   ayant appartenu,   constituant   une   collection   de   type   encyclopédique qui    comporte    notamment    des    ouvrages    relatifs    au    droit,    à l'histoire,   ou   aux   sciences   naturelles.   La   pièce   est   ornée   de deux   bustes   de   Napoléon   Ier,   et   de   Napoléon   III,   et   de   copies d'antiques réalisées au XIXe siècle.
NAPOLÉON Ier 1812 Peintre : Girodet Peinture à l'huile Château de Courson
      Ce   portrait   en   pied   de   Napoléon   Ier   en   costume   de   sacre   est   commandé   par   Jean-Thomas Arrighi    de    Casanova,    général    d'empire    et    cousin    de    l'empereur,    qui    l'a    nommé    duc    de Padouepour le récompenser d'avoir participé à ses campagnes. L'oeuvre   est   placée   dans   une   ancienne   chambre   du   XVIIe   siècle,   transformée   en   cabinet   de travail,   qui   contient   des   souvenirs   personnels   du   duc,   dont   une   copie   du   masque   mortuaire   du captif de Sainte-Hélène, et les bustes de Napoléon et de sa mère.          L'auteur   du   tableau,   Girodet,   a   participé   sous   la   direction   de   David   à   l'exécution   du   Sacre de l'Enpereur, réalisant les accessoires du sacre.
CHATEAU D'EAU Fin du XVIe  siècle Pierre Château de Courson         Ce   bâtiment   rectangulaire,   édifié   entièrement   au-dessus   du   niveau   du   sol,   est   le seul édifice de ce type conservé en France.       La   présence   du   réservoir   circulaire   en   grès   situé   à   l'intérieur   est   visible   de l'extérieur, car elle occasionne un renflement convexe sur deux des murs.          La   façon   dont   l'eau   est   pompée   à   l'origine   n'est   pas   connue.   En   1860,   le   château d'eau   est   pourvu   d'une   machine   à   vapeur   construite   par   Stolz,   mécanicien   à   Paris, actionnant des pompes pour « élever les eaux d'une source ».       Cette   machine,   de   «   force   un   cheval   et   demi   »,   comporte   une   chaudière   timbrée à 5 atmosphères.
CHÂTEAU DE COURSON 1550, XVIIe et XIXe siècles Brique et pierre Domaine de Courson
      En   1550,   Gilles   Le   Maître   fait   construire   un   manoir   composé   d'un   corps   de   logis   principal   divisé   en   trois   parties   et   de quatre   pavillons.   Deux   ailes   basses   en   retour   et   un   châtelet   d'entrée   sont   également   compris   dans   l'enceinte   des   fossés. François   du   Tronchay   aménage   les   plans   d'eau   de   l'avant-cour,   bâtit   deux   autres   pavillons,   et   entreprend   la   construction d'une galerie qui est achevée par Balthazar de Fargues. Celui-ci   rebâtit   la   chapelle   paroissiale   à   proximité   du   château.   Vers   1676,   Nicolas   de   Lamoignon   de   Bâville,   seigneur   de Courson,   transforme   le   manoir   d'origine   en   un   château   résidentiel   d'architecture   classique.   Les   baies   sont   notamment agrandies.   Dupleix   de   Bacquencourt   crée   le   «   salon   de   galerie   »,   réaménage   l'aile   droite   et   reconstruit   les   remises   des carrosses.   En   1820,   Arrighi   de   Casanova   fait   appel   au   paysagiste   Louis-Martin   Berthault,   qui   transforme   le   parc   suivant   le goût de l'époque, et les communs et la chapelle sont reconstruits par l'architecte Damesme. Courson   abrite   alors   l'importante   collection   de   peintures   italiennes   et   espagnoles   du   XVIIe      siècle   de   Casanova.   Le   second duc   de   Padoue,   Ernest,   fait   décorer   l'intérieur   du   château   par   l'architecte   Delarue   et   le   peintre   Denuelle.   Dans   le   parc,   les paysagistes   D.   et   E.   Bühler   créent   un   lac   et   une   grande   serre   pour   les   plantes   exotiques.   L'actuel   château,   qui   reste   la propriété   des   descendants   du   duc   de   Padoue,   comporte   un   corps   de   logis   central   unifié   sous   un   vaste   comble   et   deux   ailes dotées de pavillons, dont certains datent du XVIe siècle.      Les   toits   des   divers   pavillons   et   des   ailes   sont   indépendants   les   uns   des   autres   et   de   hauteurs   différentes.   L'avant-   corps central   est   orné   d'un   fronton   triangulaire   richement   décoré.   Les   briques   employées   dans   les   parties   pleines   alternent   avec des tablettes en pierre, des feuillages et des draperies sculptés
CHAPELLE DE LA VIERGE 1655 et XIXe siècle Château de Courson
      Une   première   chapelle,   construite   en   face   de   l'entrée   du   parc   par   Gilles   Le   Maître,   est bénie    en    1543.    En    1655,    Balthazar    de    Fargues    rebâtit    cette    petite    église    à    son emplacement   actuel,   à   partir   des   murs   d'un   pigeonnier,   et   elle   sert   d'église   paroissiale jusqu'à la Révolution.       Vendue   comme   bien   national,   elle   est   rachetée   par   les   propriétaires   de   Courson   à   la   fin du   XVIIIe   siècle   et   redevient   alors   une   chapelle   privée.   Elle   est   restaurée   dans   les années   1820   d'après   les   plans   d'Emmanuel-Aimé   Damesme,   dans   le   style   classique.   Cet architecte   édifie   le   péristyle   et   la   baie   semi-circulaire   qui   le   surplombe,   le   clocheton,   et remplace les tuiles de la toiture par des ardoises.          À   nouveau   consacrée,   la   chapelle   est   dédiée   à   la   Vierge,   dont   le   décor   réalisé   par   le peintre   Denuelle   évoque   le   culte.   La   voûte   en   anse   de   panier   est   ornée   d'Ave   Maria entrelacés,   et   la   corniche   d'extraits   des   Litanies   de   la   Vierge.   L'autel   de   marbre   blanc est   réalisé   en   Italie   selon   le   modèle   de   l'un   de   ceux   de   Sainte-Marie-Majeure.   Les   fonts baptismaux   sont   en   marbre   rouge,   comme   les   pilastres   corinthiens.   La   chapelle   est remise en état en 1990.  
PUITS Pierre         Ce   puits   circulaire,   clos   par   un   mur   élevé   sur   les   trois   quarts   de   la   circonférence   et fermé   par   une   porte   de   fer,   est   celui   du   domaine   de   Courson,   qui   constitue   au   XVIIe siècle un ensemble caractéristique de la vie rurale.       Cette   propriété   comporte,   outre   le   château,   un   hameau   comprenant   une   ferme,   ses dépendances   et   les   maisons   de   manouvriers   regroupés   autour   d'une   cour   commune   est situé le puits.  La ferme fournit alors le seigneur en fruits et légumes.  
POMPE DRAGOR Première moitié du XXe siècle Fonte Place des Tilleuls
         En   1875,   la   municipalité   décide   le   forage   d'un   puits   communal   sur   la   place   publique   du hameau   de   Monteloup.   L'eau   est   atteinte   à   la   profondeur   de   18   mètres,   alors   que   les   puits de la région mesurent généralement 40 à 50 mètres.       L'installation   d'une   pompe   à   bras   est   prévue   dès   l'origine,   pour   faciliter   la   distribution d'eau.   Cette   pompe   à   chaîne,   de   la   marque   Dragor,   installée   vers   les   années   1930-1940, comporte   deux   manivelles   placées   de   part   et   d'autre.   Elles   permettent   d'actionner   la   chaîne portant   des   godets   qui   remontent   l'eau,   et   celle-ci   s'écoule   par   un   bec   en   forme   de   tête   de lion.          Sur   le   corps   de   la   pompe   se   trouve   l'inscription   «   Bté   S.G.D.G   »,   signifiant   «   breveté   sans garantie du gouvernement ».
MAIRIE-ÉCOLE 1884 Architecte: Baurienne Meulière enduite Place des Tilleuls            La   démission   du   maître   d'école   en   1791   atteste   l'existence   d'une   classe   à cette    époque.    L'instituteur    est    aussitôt    remplacé,    mais    les    écoles    de plusieurs   communes   sont   regroupées   en   1794,   et   les   enfants   de   Courson   vont alors en classe à Vaugrigneuse.          En   1879,   le   conseil   municipal   vote   la   construction   d'une   mairie-école,   et   les plans    de    l'architecte    Baurienne    sont    acceptés    en    1882.    Monteloup,    site éloigné   du   château   de   Courson,   est   choisi   pour   l'implantation   du   bâtiment. Les travaux sont terminés en 1884.          L'édifice,   d'une   architecture   très   sobre,   élevé   sur   un   plan   rectangulaire et   comportant   deux   niveaux,   est   de   style   dit   «   républicain   ».   La   façade comporte   deux   fenêtres   à   chaque   étage,   et   la   travée   centrale   est   percée d'une   porte   surmontée   d'une   inscription,   au-dessus   de   laquelle   est   élevé   au niveau du toit un cartouche comprenant un cadran.       La   toiture,   à   quatre   pans,   est   couverte   de   tuiles.   Un   clocheton   abritant   la cloche de l'école la somme.