PATRIMOINE & ENVIRONNEMENT....
Roller et Patrimoine du RM3V
Saint-Chéron Canton de Saint-Chéron Arrondissement d'Étampes Superficie : 1 157 ha Population 1999 : 4 444 hab. Habitants : les Saint-Chéronnais Cours d’eau : l'Orge Origine du nom : du saint éponyme.
Blason : les deux tourelles représentent la mairie. La couleur or évoque le blé et le vert symbolise les bois.
La   ville   doit   son   nom   à   «   l'apôtre   de   Chartres   ».   Assassiné   par   des   brigands   auxquels   il   s'est   offert   en victime   dans   la   forêt   entre   Chartres   et   Paris.   Le   sous-sol   de   Saint-Chéron   a   livré   de   nombreuses traces d’un passé ancien remontant au Paléolithique inférieur.   Au   cours   de   la   période   gallo-romaine,   le   site   est   un   centre   important.   Sans   doute   thermal   :   en   effet.   la fontaine   de   la   Rachée   est   connue   pour   ses   vertus   curatives,   notamment   pour   les   yeux.   À   Saint-Evroult œuvrent   des   potiers.   Au   Moyen   Âge   cependant,   il   n’y   a   ni   grand   fief,   ni   forteresse,   mais   de   nombreux petits fiefs. dont les plus importants, Baville, Saint-Chéron et Saint-Evroult sont des arrière-fiefs de Bruyères-Ie-Châtel et de Saint-Yon.      En   1559,   Charles   de   Lamoignon   acquiert   Baville.   Dès   lors,   au   gré   de   leur   ascension   sociale,   les Lamoignon   ne   cessent   d'agrandir   leur   domaine.   Une   politique   d’achats   successifs   permet   à   Guillaume   de voir   sa   terre   de   Baville   érigée   en   marquisat,   en   1670.   Seigneurs   de   Saint-Chéron.   les   Lamoignon s'attachent à embellir et agrandir la cité et à y développer foire et marché.   Le   16   Mai   1789.   Chrétiien-Franfois   II,   Garde   des   sceaux   de   Louis   XVI,   est   •trouvé   mort   dans   le   parc de   Baville.   Acquis   en   1791   par   Madame   Roslin   d'Ivry,   le   domaine   passe   ensuite   à   M.   de   Saulty.   Le   XIX' siècle est une période tranquille pour Saint-Chéron, lieu de villégiature apprécié.   Il devient un lieu de séjour pour certains artistes, comme Pierre Cicéri. L’arrivée   du   train   en   1866   dynamise   la   commune   :   les   carrières   de   grès   prennent   de   l’ampleur,   attirant une main d’œuvre italienne et bretonne qui fait exploser la croissance démographique.      Une   usine   de   mèches   de   dynamite,   une   usine   électrique,   une   fabrique   de   chaussures.   Une   scierie mécanique,   associées   à   la   traditionnelle   tuilerie,   font   de   Saint-Chéron   au   début   du   xxè   siècle   une commune en pleine expansion. Il en est plus de même après la Seconde Guerre Mondiale.      En   1945,   la   dernière   carrière   est   fermée,   le   trafic   céréalier   est   en   pleine   chute,   et   les   wagons   de marchandises    disparaissent    des    voies.    Le    ralentissement    économique    est    toutefois    freiné    par l'important apport démographique généré par le caractère résidentiel de la Vallée de l'Orge.
PUITS Moyen Âge Pierre La Bergerie
Dans   le   Hurepoix   et   dans   l'Etampois,   lorsque   l'eau   est   à   faible   profondeur,   la   nécessité   de   la protéger des pollutions a conduit à fermer les puits. En   Hurepoix,   ils   sont   généralement   couverts   d'une   voûte   plate   en   tas   de   charge   .   Avec   sa calotte conique, celui de la Bergerie est d'un modèle plutôt étampois. Sa   hauteur   témoigne   de   l'ancienneté   du   puits   :   en   effet,   c'est   au   Moyen   Âge   que   les   calottes étaient ainsi élevées.
SAINTE LUCIE DE SYRACUSE XVè Siècle Bois polychrome (H. : 70cm) Église Saint-Chéron   Issue   de   la   noblesse   de   Syracuse,   Lucie   refuse   de   se   marier   car   elle   désire   se consacrer   à   Dieu.   Afin   de   décourager   son   prétendant,   elle   s'arrache   les   yeux   et   les   lui fait porter. Elle   figure   au   nombre   des   victimes   des   persécutions   de   Dioclétien.   N'ayant   pu   la   faire périr par le feu, ses bourreaux lui ont transpercé la gorge avec une épée.    Honorée   à   Rome   dès   le   VIè   siècle,   cette   sainte   très   populaire   est   inscrite   au   canon de   la   messe.   La   statue,   dont   la   tête   est   disproportionnée,   manifeste   la   persistance d'un art populaire, simple et naïf, au milieu de courants artistiques plus élaborés.
SAINT-EVROULT XVIè siècle Bois de chêne (H. :120 cm) Église  Saint-Chéron
Originaire   de   Beauvais,   d'abord   ermite,   puis   abbé   à   Bayeux,   Evroult   est   le   fondateur   de   l'abbaye   de Saint-Fuscien-aux-­Bois. Il   est   mort   vers   600.   L'historien   normand   Orderic   Vital   a   fait   connaître   sa   vie   au   XIIè   siècle.   Or, c'est   au   début   du   XIIIè   siècle,   en   1207,   qu'est   apparue   pour   la   première   fois   la   mention   du   domaine de Saint-Evroult, où se trouvait un prieuré.    Cette   dévotion,   peu   répandue   dans   la   région,   témoigne   de   la   vivacité   des   échanges   à   l'intérieur   du domaine   royal   et   avec   la   Normandie.   La   statue,   protégée   pendant      la   Révolution   a   été   apportée   en procession dans l'église lors de la destruction de la chapelle du prieuré .
Eglise Saint-Chéron XIII et XIXè Siècles Grès et Meulière Rue Charles-de-Gaulle     L'église   primitive,   qui   semble   remonter   au   IXè   siècle,   a   dû   être   rebâtie   au XIIè   siècle.   Après   les   dommages   causés   par   des   siècles   de   guerre,   elle   a bénéficié   des   embellissements   que   la   famille   de   Lamoignon   apportait   à   ses domaines.     Au    XIXè    siècle    cependant,    elle    est    dans    un    tel    état    que    le    projet    de restauration   de   l'architecte   Vernholes   prévoit   d'abattre   les   murs   jusqu'à   2 mètres de hauteur. Les travaux sont entrepris en 1897. En   1899,   le   clocher   et   la   nef   sont   refaits,   dans   un   style   qui   paraît   plus moderne. L'instituteur   écrit   alors   :   «   On   peut   dire   que   l'église   de   Saint-Chéron   est neuve". Toutefois,   le   portail   qui   provient   de   l'ancien   château   est   du   XVè   siècle,   les bas-côtés   sont   voûtés   d'ogives   et   le   mobilier   date   des   XVIIè   et   XVIIIè siècles.
CHÂTEAU DE BAVILLE 1625 et 1677 Architecte : Michel Villedo Brique et Pierre
 À la place de l'ancien manoir seigneurial de Baville, Chrétien de Lamoignon fait édifier par le maître- maçon de Louis XIII un grand château couvert d’ardoises : un corps de logis principal de deux étages, surmonté d'un fronton et flanqué de deux ailes latérales moins hautes terminées par un pavillon en saillie qui constitue le fond de la cour d'honneur. Deux ailes en retour, sans doute prévues dans le plan initial, sont construites pour François-Chrétien de Lamoignon en 1677, dans le respect du style originel. L'aile gauche est détruite au début du XIXè siècle, et les matériaux sont utilisés pour construire une orangerie.  
FONTAINE XVIIè siécle Pierre Château de Baville  
A u   XVIIè   siècle,   le   parc   à   la   française   du   château   est   le   lieu   de   promenade   de   grands      personnages   invités   par   Guillaume   de Lamoignon, tels Racine, Boileau, Madame de Sévigné, Regnard, Fléchier ou Bourdaloue. De   1676   à   1686,   le   caractère   naturel   du   site   est   renforcé   par   des   plantations   sur   les   butes   Saint-Nicolas   et   Sainte   Catherine où   un   prieuré,   d'origine   ancienne,   et   un   ermitage   étaient   autrefois   établis.   Le   parc   est   alors   orné   de   grottes   artificielles   et   de statues.    Un   petit   pavillon,   «   le   Café   ",   agrémente   le   site   :   il   est   coiffé   d'une   coupole   décorée   de   quatre   personnages   qui   symbolisent   la Chine,   les   Antilles,   les   Amériques   et   les   Indes.   En   1816,   M.   de   Saulty   fait   réaménager   le   parc   à   l'anglaise.   Il   le   fait   entourer   de murs   et   fait   construire   une   arche   pour   relier   les   deux   parties   du   parc.   À   la   fin   du   XIXè   siècle,   le   jardin   à   la   française   est rétabli, peut-être par les Duchène.
COMMUNS XVIIIè siecle Brique et Pierre Château de Baville
En   1769,   Chrétien-François   de   Lamoignon   fait   construire   les   communs   en   U,   en   avant   du   château.   Là   encore,   une   volonté d'harmonisation   préside   aux   choix   esthétiques   :   par   leurs   matériaux   comme   par   leur   style,   ces   bâtiments   s'intègrent parfaitement à l'ensemble. Le   tout   forme   une   demeure   majestueuse   et   digne,   à   l'image   de   la   grande   famille   qui   l'a   ?fait   bâtir.   Le   16   mai   1789, Chrétien-­François   met   fin   à   ses   jours   dans   l'une   des   grottes   du   parc.   Le   domaine   est   acquis   en   1791   par   Mme   Roslin d'Ivry, puis par M. de Saulty.  
VOIE XVIIè siècle Grès La Tuilerie
Venant    de    La    Folleville    et    longeant    la    clôture    du château     de     Baville,     ce     chemin     dont     les     pavés comportent   des   traces   d'usure   est   une   voie   tracée sous le règne de Louis XIV à la demande de Lamoignon.    Autrefois,   une   voie   romaine   remontait   de   Paris   vers Dourdan,   par   Breuillet   et   Saint-Chéron,   en   direction   de Chartres.    La   voie   ouverte   au   XVIIè   siècle   passe   quant   à   elle   par la vallée.
LAVOIR XIXè siècle Meulière et enduit Saint-Evroult     Grâce   à   l'abondance   des   sources   dans   ce   secteur   où   affleurent les    sables    de    Fontainebleau,    plusieurs    lavoirs    ont    pu    être aménagés    dans    plusieurs    hameaux,    facilitant    ainsi    la    vie    des femmes.     Sur    les    cinq    lavoirs    répertoriés,    trois    subsistent    encore,    le quatrième    ayant    disparu    très    récemment.    Qu'ils    soient    situés directement   au   bord   de   la   rivière,   ou,   comme   c'est   le   cas   à   Saint- Evroult,   sur   une   source,   ils   se   présentent   généralement   sous   la forme   d'un   abri   rectangulaire,   couvert   d'une   toiture   en   petites tuiles. Les   femmes   lavaient   le   linge   en   prenant   appui   sur   une   planche fixée le long de la berge ou sur la margelle du bassin.
GARE Fin du XIXè siècle Pierre et  enduit Avenue de la Gare
En   1866,   une   ligne   de   chemin   de   fer   est   détachée   à   Brétigny   de   celle d'Orléans.   Elle   va   en   direction   de   Vendôme   par   Dourdan.   Stimulant l'activité   économique,   l’arrivée   du   chemin   de   fer   ?transforme   la   vie des ?communes.       À   Saint­Chéron,   entre   1870   et   1900,   la   population   passe   de   1   000   à 2   000   habitants.   La   commune   est   alors   pourvue   d'une   grande   et   belle gare construite dans le style bourgeois officiel. L'important    trafic    de    marchandises    occasionné    par    les    carrières ayant    aujourd'hui    disparu,    le    trafic    actuel    ne    concerne    que    les voyageurs.
MAISON 1913 Meulière 7 Rue Aristide Briand     La   beauté   du   site   et   la   proximité   de   résidents   prestigieux   font de   Saint­-Chéron   un   lieu   de   villégiature.   Au   XIX'   siècle   sont   ainsi construites   de   belles   maisons   bourgeoises   en   pierre   recouverte d'enduit. À    la    fin    du    XIX'    siècle    et    surtout    au    début    du    xx'    siècle, l'accroissement    démographique    entraîne    la    construction    de nombreuses   maisons   en   meulière,   pierre   traditionnelle   du   pays utilisée aujourd’hui dans un but décoratif.         Simple    pavillon    droit    ou    grande    maison    bourgeoise,    ces demeures témoignent du style qui s'élabore à l'époque.    Cette   maison   en   présente   tous   les   caractères   :   avancée   de   la petite    tour,    décrochement    des    volumes,    encadrements    des fenêtres et motifs décoratifs en briques vernissées de couleur.
CARRIERES DE MAGADASCAR Fin du XIXè et début du XXè siècle Grès Madagascar
Entre   l'Orge   et   la   Renarde,   les   couches   de   grès   sont   exploitées   pour   la   construction,   le   pavage   des   routes   ou   les bordures   de   trottoirs.   Avec   l'arrivée   du   chemin   de   fer,   l'exploitation   connaît   un   véritable   essor   à   la   fin   du   XIXè   et   au début du xxè' siècle. Elle   emploie   une   main-d'œuvre   majoritairement   italienne,   originaire   d'une   même   commune,   ainsi   que   des   Bretons   venant d·Ergué-Gabéric. Ces ouvriers donnent au site d'extraction le nom de Madagascar, en raison de la chaleur qui y règne. À   l'époque,   un   système   de   wagonnet   permet   un   transport   plus   aisé   et   plus   rapide   des   pavés   vers   la   gare   de   Saint-Chéron, où   ils   sont   transbordés   sur   les   wagons   de   la   Compagnie   d'Orléans.   La   dernière   grande   carrière   du   Bois-des-Roches   ferme en 1945.