PATRIMOINE & ENVIRONNEMENT....
Roller et Patrimoine du RM3V
SAINT-MAURICE-MONTCOURONNE Canton de Saint-Chéron Arrondissement d'Étampes Superficie : 907 ha Population 1999 : 1 360 hab. Habitants : les Saint-Mauriciens Cours d'eau : la Rémard Origine du nom : du saint éponyme, du latin mons, « colline », et du latin corona, « couronne ».
Les   fréquentes   inondations   dans   la   vallée   de   la   Rémarde   en   ont   retardé   l'occupation   :   le   sol   a   livré quelques   monnaies   romaines   et   les   vestiges   d'un   ferrier   -   lieu   de   production   et   de   travail   du   fer   -   du haut Moyen Âge. C'est   sur   la   butte   que   se   fixent   les   hommes.   Saint-Maurice   apparaît   dans   les   titres   au   XIIIè   siècle. Différents   fiefs   sont   déjà   créés   :   Bourguignette,   Berchevilliers,   Petit-Buisson   ou   Ardenelle.   L'église   et le   village   sont   placés   sous   le   vocable   du   glorieux   chef   de   la   légion   thébaine,   martyrisé   avec   ses   hommes près d'Agaune (Suisse), en 286. Le   premier   seigneur   connu   est   jean   de   Saint-Germain,   dont   il   est   fait   mention   en   1282   ;   sa   famille conserve   Saint-Maurice   jusqu'au   XVIè   siècle.   Mis   à   mal   par   les   guerres   civiles   du   XVè   siècle.   le   domaine est   reconstitué   par   la   dernière   des   Saint-Germain,   Catherine.   À   sa   mort,   il   passe   aux   Hurault,   seigneurs du Marais. Au   cours   de   la   Fronde,   le   château   est   très   endommagé:   il   n'est   reconstruit,   ou   du   moins   restauré,   que vers   1660,   par   Pierre   Pecquot.   En   raison   du   prestige   des   Lamoignon   et   de   l'agrément   de   la   société   de Mme    de    La    Briche,    ou    simplement    grâce    à    l'attrait    du    site,    plusieurs    demeures    d'agrément    sont construites   à   la   fin   du   XVIIIè   et   au   début   du   XIXè   siècle,   comme   le   «   petit   château   de   Saint-Maurice   » bâti pour Mme de Soye. À   la   mort   de   celle-ci,   l'ancien   château   qui   tombe   en   ruine   est   démoli.   Saint-Maurice   jouit   d'un   caractère très   résidentiel.   Les   dernières   décennies   du   XIXè   siècle   et   le   début   du   XXè   siècle   sont   fortement marqués   par   la   présence   de   la   famille   Dervillé,   qui   occupe   une   place   importante   dans   le   monde   financier et   industriel.   Le   mouvement   d'embellissement   des   villes   des   années   1880   vaut   à   Saint-Maurice   un   nouvel hôtel de ville, dû à Beaurienne, architecte à Dourdan. L'activité   économique   est   essentiellement   agricole   mais   une   forge   et   des   hauts   fourneaux   se   sont ajoutés   aux   trois   moulins.   Saint-Maurice-Montcouronne,   privé   de   chemin   de   fer   et   à   l'écart   des   grandes routes, a peu évolué jusqu'à la poussée démographique de la seconde moitié du XXè siècle.
ÉGLISE SAINT-MAURICE XIIè et XVIe siècles Pierre et meulière Place de l'Église
Représentative    des    édifices    religieux    de    l'Île-de-France,    l'église Saint-Maurice   est   bâtie   selon   un   plan   rectangulaire   à   nef   unique   et chevet   à   fond   plat.   Elle   présente   un   fort   clocher   aux   baies   géminées, couvert   d'un   toit   en   bâtière,   qui   abrite   une   cloche   de   1485,   la   plus ancienne de la région.       Une   chapelle   latérale,   à   droite   du   choeur,   est   consacrée   à   la   Vierge. Sous   l'Ancien   Régime,   l'église   relève   du   doyenné   de   Rochefort   et   du grand archidiaconé de Chartres.       Pendant   la   Révolution,   une   société   de   lessivage   des   terres   salpêtrées s'y    installe    et    provoque    de    grands    dommages.    Rendue    au    culte, restaurée,    l'église    reçoit    de    nouveaux    embellissements    dans    les années 1890.
PEINTURE MURALE Église Saint-Maurice
   L'angle   du   mur   droit   de   la   nef   présente   un   fragment   de   peinture   murale   polychrome,   dont   des   traces sont   également   visibles   sur   le   mur   de   la   nef   et   sur   celui   de   la   chapelle   latérale.   Le   motif   géométrique semble avoir été répété.       Sur   le   pan   coupé,   la   croix   du   Calvaire   est   dressée   sur   un   cercle   représentant   le   monde   cette   image forte   et   traditionnelle   du   Sauveur   constitue   un   résumé   visuel   de   la   doctrine   chrétienne.   Telle   qu'elle se présente, cette peinture ne semble pas évoquer un décor funéraire.   La mise au jour d'autres fragments, si elle est possible, permettrait d'en connaître la signification.
CHŒUR XVIIIè siècle Bois de chêne Église Saint-Maurice
Dans   les   années   1770,   l'église   Saint-Maurice   reçoit   un nouveau     mobilier     en     chêne     composé     d'une     chaire sculptée,    d'un    banc    d'œuvre,    d'un    confessionnal,    de boiseries   pour   le   chœur   et   la   chapelle   de   la   Vierge,   de stalles   et   du   maître-autel   et   son   retable,   orné   d'un tableau de 1680 représentant la Crucifixion.       Dans   le   mur   gauche   du   chœur,   une   niche   abrite   une châsse   contenant   des   reliques   de   saint   Maurice,   sainte Ursule,   saint   Théophile   et   saint   Bénigne.   Provenant   du couvent   des   Carmélites   de   la   rue   de   Grenelle   à   Paris, cette    châsse    a    été    donnée    par    la    vicomtesse    de Lubersac en 1821.       En   1890,   Mme   Dervillé   a   offert   le   pavage   en   marbre du chœur.
MONUMENT À EUDOXIE DERVILLE Début du XXè siècle Architecte : Auguste Vaudremer Marbre de Carrare doré (100 x 120 cm) Église Saint-Maurice               Caractéristique   du   style   médiéval   de   la   fin   du   XIXè,   siècle,   ce   monument   en forme   de   tombeau   à   colonnes   laisse   apercevoir   la   représentation   du   corps   de la défunte.       Il   honore   la   mémoire   de   «   dame   Louise   Catherine   Eudoxie   Dervillé   Balland des   Communes,   née   à   la   Pointe-à-Pitre   le   XV   janvier   MDCCCXXIX,   décédée aux   bains   de   Capvern   le   XII   août   MDCCCXCV,   bienfaitrice   de   cette   paroisse de   Saint-Maurice   où   elle   grandit   et   vécut,   donnant   sous   leur   forme   la   plus aimable l'exemple de très hautes vertus ».  
PONT DE LA FOLLEVILLE XVIIè siècle Pierre Route de la Folleville
La   petite   rivière   de   la   Rémarde   était   autrefois   plus   importante.   Le   fond   de   la   vallée,   marécageux,   était,   et   reste,   sujet   aux inondations. Cette situation explique la longueur de ce pont aux sept arches apparemment surdimensionné.                   Situé   en   contrebas   du   château   de   Baville,   il   aurait   été   construit   pour   permettre   au   président   de   Lamoignon   de   rejoindre   plus rapidement Versailles mais sans doute également pour ménager un accès aisé et sûr à ses nombreux visiteurs.                   Le   président   avait   du   reste   fait   construire   pour   loger   les   domestiques   de   ses   hôtes   une   hôtellerie   -   la   Maison-Neuve   ou   Pot- Blanc - qui, rattachée ensuite à Baville, est devenue une ferme.
BASSIN Vers 1900 Pierre et enduit Lavoir
A utour   du   bassin   rectangulaire,   de   larges   pans   légèrement   inclinés   permettent   une   circulation   aisée.   Le   linge   propre   est   suspendu à des barres fixées tout au long des murs. En   créant   ce   lavoir   couvert   pour   faciliter   la   vie   des   femmes   de   la   commune,   Stéphane   Dervillé   les   met   en   garde   avec   humour contre   les   commérages,   faisant   courir   les   inscriptions   suivantes   autour   du   bâtiment   :   «   Ne   geignez   pas   sur   vos   maris,   tous   les linges sales ne se lavent pas ici » ou bien « Le battoir besogne mieux ici que la langue ». Figure également une devise plus matérialiste : « Avenandise et netteté valent mieux que gaste beauté ».
PUITS XVIIIè siècle Pierre 27, rue de Bourguignette
L'eau   abonde   dans   la   vallée   de   la   Rémarde.   Fontaines   et   sources sont   nombreuses   sur   le   territoire   où   les   sables   de   Fontainebleau affleurent.   Cette   proximité   de   la   nappe   phréatique   rend   nécessaire une protection de l'eau contre les diverses pollutions.          Aussi   les   puits,   circulaires,   sont-ils   clos.   Selon   un   modèle   fréquent en Hurepoix, ils sont couverts d'une voûte plate en tas de charge.          Une   porte   en   ferme   l'accès,   protégeant   ainsi   le   treuil,   la   poulie,   la corde ou la chaîne.
LAVOIR Vers 1900 Pierre. enduit et verre Rue de la Fontaine-du-Saule              Autrefois,   Saint-Maurice-Montcouronne   comptait   deux   lavoirs, l'un   sur   la   Rémarde,   l'autre   sur   le   plateau   à   Berchevilliers.   «   En souvenir   de   sa   pieuse   et   charitable   mère   »,   Stéphane   Dervillé, président    du    conseil    d'administration    de    la    Compagnie    des chemins   de   fer   PLM   et   gérant   de   la   Banque   de   France,   fait construire à ses frais un lavoir proche du centre de la commune.             C'est   l'un   des   rares   exemples   de   lavoir   fermé.   Alimenté   par les   eaux   de   la   Fontaine-du-Saule,   il   est   éclairé   par   de   grandes verrières et couvert d'un toit à quatre pans.
GRENOUILLE JOUANT DE LA MANDOLINE Vers 1900 Pierre Lavoir
    Le    lavoir    joue    un    rôle    social    important    dans    une commune.   Les   femmes   s'y   retrouvent   régulièrement   et   y échangent   des   nouvelles   de   leur   famille,   les   potins   de   la commune, des informations et des recettes.          Juchée   sur   le   toit   du   lavoir,   cette   grenouille   qui   joue de   la   mandoline   évoque   avec   humour   -   son   coassement étant   rarement   harmonieux   -   le   babil   et   les   joyeuses chansons des lavandières.