PATRIMOINE & ENVIRONNEMENT....
Roller et Patrimoine du RM3V
Vaugrigneuse  Canton de Limours Arrondissement de Palaiseau Superficie : 606 ha Population 1999 : 1 084 hab. Habitants : les Valgrigniens Cours d'eau : la Prédecelle Origie du nom : du nom d'origine latine vallis, « vallée », associé à l'épithète d'origine germanique grignosa, « terrain inégal, faisant des rides ».
         Un   acte   de   1118   mentionne   la   présence   du   seigneur   Burchard   de   Vaugrigneuse   aux   funérailles   de   Milon   de Bray,   seigneur   de   Montlhéry   assassiné   par   Hugues   de   Crécy,   seigneur   de   Gometz-Le-Châtel.   À   cette   époque,   un château fort entouré de fossés existe dans le fief.          Les   seigneurs   de   Vaugrigneuse,   hommes   liges   du   roi.   sont   tenus   d'assurer   la   garde   au   château   de   Montlhéry quarante   jours   par   an.   Jusqu'en   1395,   le   château   fort   et   les   terres   appartiennent   à   la   famille   de   Vaugrigneuse, laquelle s'illustre pendant les croisades, et sert avec honneurs Philippe Auguste.          À   la   fin   du   XIVe   siècle,   le   fief   passe   aux   mains   des   seigneurs   de   Briis-sous-Forges.   Jacques   de   Montmort, puis   Denis   Dumoulin,   évêque   de   Paris,   et   son   frère   Pierre   Dumoulin,   archevêque   de   Toulouse.   Durant   la   guerre de   Cent   Ans,   Jean   sans   Peur   s'empare   du   château   de   Montlhéry,   et   de   nombreux   autres   dans   les   environs,   et établit   une   garnison   qui   dévaste   la   région.   La   forteresse   de   Vaugrineuse   est   probablement   détruite   à   cette époque.          En   1554,   la   seigneurie   devient   la   propriété   de   Guillaume   Duval,   trésorier   de   la   généralité   de   Tours,   qui   la transmet   à   son   gendre.   Jean   Héroard,   conseiller   du   roi,   médecin   de   Charles   IX,   Henri   III.   Henri   IV   et   Louis XIII.   Jean   Héroard   fait   construire   le   château   actuel,   bâtir   la   chapelle   nord   de   l'église.   et   obtient   en   1618   que la   paroisse   de   Vaugrigneuse   soit   détachée   de   celle   de   Briis-sous-Forges,   à   laquelle   elle   est   alors   réunie   depuis plus de 150 ans.             En      1624   Louis   XIII   lui   accorde   les   droits   de   haute,   moyenne   et   basse   justice   sur   ses   terres   de Vaugrigneuse,   qui   échappent   ainsi   à   la   dépendance   de   la   seigneurie   de   Briis.   Jean   Héroard   meurt   pendant   le siège   de   La   Rochelle   en   1628,   à   l'âge   de   67   ans.   Jusqu'à   la   Révolution,   différents   propriétaires   se   succèdent dans   le   château   de   Vaugrigneuse,   puis   les   possessions   de   l'église   et   le   château   sont   vendus   comme   biens nationaux.             Le   citoyen   Bouillette,   premier   maire   de   la   commune,   achète   le   domaine,   qu'il   revend   quelques   années   plus tard   au   vicomte   de   Vernaux.   Au   XIXe   siècle,   une   mairie-école   et   plusieurs   lavoirs   sont   construits.   L'essentiel de   l'activité   des   habitants   est   tourné   vers   l'agriculture   et,   à   la   fin   du   XXe   siècle.   Vaugrigneuse   est   encore entouré   d'exploitations   agricoles.   Mais   comme   beaucoup   de   communes   du   canton,   la   ville   devient   principalement résidentielle.  
ÉGLISE SAINTE-MARIE-MADELEINE XVe, début du XVIIe et XIXe siècles Meulière Rue Héroard
    Un    pouillé    parisien,    inventaire    des    biens    ecclésiastiques    de    1450,    indique    que Vaugrigneuse   est   une   cure   à   la   nomination   de   l'abbé   de   Saint-Magloire,   dépendant   de la paroisse de Briis.          L’église   est   sans   doute   dévastée   pendant   la   guerre   de   Cent   Ans,   et   un   document signale   qu'elle   est   «   construite   ou   réédifiée   en   1463   ».   Au   début   du   XVIIe   siècle, jean   Héroard   fait   construire   la   chapelle   nord,   dédiée   à   la   Vierge,   dans   laquelle   il   est enterré.    Au    milieu    du    XIXe    siècle,    de    nombreux    travaux    de    restauration    et d'embellissement   sont   entrepris,   dont   l'ouverture   d'une   grande   baie   dans   le   pignon ouest en 1848, qui ébranle le bâtiment. Ce pignon est reconstruit en 1853.       En   1855,   un   pilier   de   soutien,   situé   entre   le   choeur   et   la   chapelle   nord,   est remplacé   par   une   voûte   d'ogive,   et   les   deux   fenêtres   éclairant   la   chapelle   sont transformées   en   grande   baie   ogivale,   identique   à   celle   de   l'église.   En   1870,   une nouvelle   sacristie   est   aménagée   au   sud   du   chevet,   remplaçant   celle   implantée   au nord.   Les   parties   les   plus   visibles   de   l'édifice   à   l'ouest,   au   sud   et   sur   le   chevet   sont alors « ornementées d'une façon solide et élégante », dans le style gothique. Enfin,   le   clocher   qui   risque   de   s'écrouler   est   démoli   en   1888.   Une   nouvelle   tour,   plus importante,   est   édifiée   dans   l'angle   extérieur   formé   par   la   chapelle   Saint-Joseph   et la    nef.    Ce    remaniement    complet    rend    la    structure    et    le    décor    de    l'église extrêmement homogène.
CHÂTEAU DE LA FONTAINE­-AUX-COSSONS Début du XXe siècle Brique et calcaire 4, rue de la Fontaine La Fontaine-aux-Cossons
   En   1498,   neuf   arpents   de   terre   situés   à   la   Fontaine-sous-Berchevilliers sont   concédés   à   Pierre   Gaspard   Colchon,   dont   le   patronyme,   déformé, donne son nom au hameau.          Au   XVIIIe   siècle,   Barthélemy   Blot,   fils   d'une   famille   paysanne   anoblie, y   construit   une   maison   de   plaisance.   Après   la   Révolution,   le   général Hédouville,    ambassadeur    de    Napoléon    Ier    en    Russie,    s'y    retire.    M. Chrestien de Lihus en devient ultérieurement le propriétaire.          L'actuel   château   est   construit   au   début   du   XXe   siècle   par   le   comte   de Biré,   à   l'emplacement   de   l'ancien   manoir.   Le   bâtiment   comprend   un   corps central   de   deux   étages,   coiffé   d'un   toit   indépendant   à   quatre   pans, percé   de   lucarnes   au   fronton   cintré,   et   deux   pavillons   d'angle   de   trois étages.    
MAITRE-AUTEL ET BOISERIES Milieu du XIXe siècle Bois Église Sainte-Marie-Madeleine
Au   milieu   du   XIXe   siècle,   l'église   est   ornée   de   boiseries   en chêne   sculpté   néo-gothiques,   placées   sur   les   murs   du   choeur, des deux chapelles, et de la nouvelle sacristie.          L'ensemble   de   l'édifice   est   décoré   dans   le   même   style, comme    le        mobilier    comprenant    l'autel,    le    meuble    de rangement,   le   lutrin   de   bois,   les   fonts   baptismaux   de   marbre blanc,   le   confessionnal,   la   chaire   à   prêcher   et   les   stalles   du choeur.  
CHÂTEAU XVIIe siecle Pierre enduite Rue Héroard
Le   château   fort   de   Vaugrigneuse   est   décrit   dans   un   aveu   de   1507   comme   un   château   clos   à   faussez   à   eau,   cour,   jardin, colombier,   cave,   tout   en   ruines   et   non-valeur   ».   Le   bâtiment   actuel   est   reconstruit   à   l'emplacement   de   l'édifice   antérieur, vraisemblablement   par   Jean   Héroard,   médecin   d'Henri   IV   et   de   Louis   XIII,   et   seigneur   de   Vaugrigneuse   au   début   du   XVIIe siècle.          Remanié   à   plusieurs   reprises,   le   manoir   conserve   toutefois   son   aspect   originel,   comportant   un   corps   central   à   cinq   travées, ordonné   avec   symétrie,   couvert   d'un   toit   à   deux   pans   percé   de   lucarnes,   et   flanqué   de   deux   pavillons   carrés   côté   cour.   Un large   escalier   à   double   volée,   en   grès,   conduit   au   rez-de-chaussée   surélevé   qui   est   précédé   d'une   terrasse.   Le   bâtiment   du XVIIe siècle est construit entre deux tourelles qui proviennent sans doute de la construction médiévale.          Des   communs   restaurés   et   un   colombier   complètent   l'ensemble.   En   1957,   des   formateurs   bénévoles   du   Cemea   achètent   le domaine, ii devient en 1960 le Centre national du Cemea, et accueille depuis des séminaires et des groupes.